Les filtres sont appliqués…

L'industrie alimentaire; pourquoi mesurer les aimants?

Nous avons reçu une demande d'une entreprise française fabriquant du nougat (de Montélimar, délicieux !); ils voulaient mesurer les aimants présents dans le processus pour répondre aux normes de qualité et s'assurer que les aimants fonctionnaient toujours de manière optimale. Cela est également indispensable pour continuer à répondre aux principes
HACCP (Hazard Analysis Critical Control Points ou Système d’analyse des dangers - points critiques pour leur maîtrise, un standard de qualité). Ce standard s'applique à tous les producteurs de denrées alimentaires, qu'ils produisent du chocolat, du sucre, du lait en poudre, de la farine ou de la soupe.

Mesurer des aimants: comment faire et quels sont les critères? 

Depuis 1992, Guy Mutsaerts est un expert dans le domaine des aimants pour l'industrie alimentaire. Il mesure lui-même régulièrement  et raconte exactement ce qu’il en est : « Un aimant permanent conserve sa valeur magnétique, en principe, pour la vie. Ainsi, le risque que la valeur magnétique diminue n’est pas très important. Les seules raisons de la perte de puissance d’un aimant sont : la rupture, la corrosion ou la chaleur (temp. > 80 °C). La chaleur peut bien sûr parfois arriver dans l'industrie alimentaire. Par exemple lors du nettoyage à l'eau chaude ou de l'installation dans un pasteurisateur.

 

 

Gaussmètre

La densité u flux magnétique est mesurée à l'aide d'un gaussmètre ; toutefois, il ne donne pas toujours une indication fiable et ne dit rien à propos de l’efficacité ! Il permet uniquement de vérifier si l'aimant n'a pas perdu de puissance. Le fonctionnement d'un aimant peut en réalité uniquement être testé avec des particules de test. Étant donné que cela est très difficile à réaliser en pratique, une mesure de flux reste la meilleure option."

Gaussmeter  

HACCP spécifications

Guy poursuit : « Le problème est que le fonctionnement  et  la version d'un aimant ne sont pas inclus dans les spécifications HACCP. Ils se réfèrent uniquement à la valeur gauss ou à la densité de flux. Celle-ci peut être bonne, mais le fonctionnement et la version sont également des critères importants. Par exemple, lorsque les aimants ne sont pas entourés de tubes en acier inoxydable, ceux-ci rouillent et des bactéries prolifèrent entre les aimants. Le fonctionnement est également influencé par la distance entre les barres. Celles-ci sont souvent placées de manière plus espacée pour obtenir une grande capacité. Cela crée un vide dans le champ magnétique, ce qui empêche d'attraper les particules de fer. Pour éviter ce problème, je prône l'inclusion de la  densité de flux minimale dans les spécifications HACCP. En effet, c'est la valeur minimale de flux qui détermine s'il est possible d'attraper une particule de fer. Lors des mesures, nous rencontrons également des cas où de très grandes grilles magnétiques sont installées. Ce format rend le nettoyage dangereux ; il entraîne des risques de coincement pour l'opérateur lors du nettoyage. Conclusion : la seule spécification de la densité du flux magnétique est insuffisante pour des normes de qualité. »

Magnetic_filter_cocoa_powder   

Différence en valeur magnétique

« En outre, dans la pratique, il s’avère que les mesures avec un gaussmètre n'indiquent pas toujours les mêmes valeurs. Malgré le fait que ces gaussmètres sont étalonnés, vous pouvez avoir des valeurs différentes. Laissez trois personnes procéder à la même mesure, et vous obtiendrez trois résultats finaux différents. Cela donne lieu à beaucoup de confusion et d'inquiétude parmi les gestionnaires de la qualité. J'ai constaté par ma propre expérience qu'il est préférable de ne pas mesurer la barre elle-même, mais à une plus grande distance, par exemple 5 mm. Ici, la densité de flux se révèle être stable.

"Actuellement, nous avons des centaines de clients dans l'industrie alimentaire chez qui nous mesurons les aimants. Nos clients de l'industrie alimentaire estiment qu'il est important que des personnes expérimentées procèdent à ces mesures une fois par an ; en effet, ils ne disposent pas eux-mêmes d’un gaussmètre calibré et manquent d’expérience en matière de mesure. Nous nous faisons un plaisir de nous en charger ! »