Aimants pour l’industrie sucrière

Strong magnetic bar for sugar | Goudsmit Magnetics

Depuis quelques mois, nous constatons une augmentation du nombre de commandes d’aimants dans l’industrie sucrière. J’ai demandé à mon collègue Arthur Jonkman à quoi cela était dû. Arthur explique : « Il y a encore quelques années, le marché du sucre était protégé dans l’Union européenne. Le prix du sucre était maintenu artificiellement élevé au sein de l’UE par des taxes à l’importation et des quotas de production. Ce marché a récemment été libéralisé et les restrictions à l’exportation ont été levées.
 

Aucune limite
Les fabricants de sucre peuvent produire et exporter de manière illimitée. Ceci a entraîné une augmentation de la demande en aimants. Les aimants séparent les particules de fer du sucre ; ceci n’est pas seulement nécessaire pour un bon produit fini tel que le sucre que nous achetons en magasin, mais est aussi une exigence de la clientèle industrielle des fabricants de sucre qui intègrent le sucre dans leurs produits, tels que les fabricants de produits alimentaires. Une particule de fer égarée peut également stopper le fonctionnement des machines, et cela provoque un arrêt de production coûteux, ce qui peut être évité au moyen d’aimants. »

Le sucre dans les aliments
Arthur poursuit : « Que vous mangiez des biscuits, du beurre d’arachide, des aliments pour bébés, du pain ou du ketchup, ils contiennent tous du sucre. Il va de soi qu’en tant que consommateur, vous ne voulez pas trouver de clou dans un paquet de sucre, mais les exigences de qualité toujours plus élevées dans l’industrie alimentaire forcent les producteurs de sucre à filtrer même les plus minuscules particules de fer d’un micron. Dans le cas contraire, ils peuvent avoir à faire face à des réclamations en dommages et intérêts ou ne pas obtenir un label de qualité. Les exigences sont donc toujours plus strictes. »

 

Stades de production
Arthur : « Déjà lors de la récolte des betteraves sucrières dans le champ, des particules de fer grossières s’infiltrent dans le flux de production. Afin de les retirer, nous suspendons ce que l’on appelle des “aimants de capture” au-dessus de la ligne d’entrée, à l’extérieur de l’usine. On y trouve régulièrement des munitions ! Les betteraves sont ensuite nettoyées et coupées en morceaux. Lorsqu’elles passent à travers une goulotte, nous pouvons monter ce que l’on appelle des “aimants de chute” qui séparent les particules de fer visibles restantes.

Très petites particules
Au cours de la prochaine étape du processus, les betteraves sont cuites afin d’obtenir du jus et du sirop. En cuisant et centrifugeant ce sirop, le sucre est cristallisé et entre dans la phase de séchage. Lors de cette phase, nous utilisons des aimants “Cleanflow” qui filtrent les plus petites particules de fer. Celles-ci ne sont pas visibles à l’œil nu, mais les retirer permet de protéger les machines, d’obtenir un produit fini ou semi-fini de bonne qualité et d’éviter des réclamations en dommages et intérêts. »

 

Un processus continu
« Nous utilisons des aimants dans la phase finale du processus sucrier en tenant compte du fait que la production de sucre est un processus continu, qu’on ne peut pas facilement interrompre. C’est pourquoi le nettoyage des barreaux magnétiques doit avoir lieu sur une base continue, sans quoi l’aimant serait saturé de particules de fer et perdrait en efficacité. Le sucre cristallisé s’écoule correctement, donc un système statique suffit. Cependant, lors du traitement du sucre en poudre, celui-ci crée souvent des obstructions au niveau des barreaux ; le sucre s’agglutine et entrave l’écoulement. Pour contrer ce problème, nous pouvons fournir des aimants rotatifs qui maintiennent le produit en mouvement. Nous fournissons depuis de nombreuses années tous les aimants pour l’Union du Sucre néerlandaise et nous connaissons donc les problèmes qui peuvent survenir dans le traitement du sucre. Avec notre expérience, nous avons une solution à tout. »