L’Hyperloop: voyager d’Amsterdam à Paris en une demi-heure (CO2 neutrale)

Hyperloop.3

L’Hyperloop est une alternative au train ou à l’avion, mais sans coûts énergétiques, émissions ou retards. Goudsmit fournira les aimants pour ce projet.

 

Qu’est-ce que l’Hyperloop ?
L’Hyperloop est un concept de moyen de transport à tubes pneumatiques qui transporte des personnes et des marchandises à grande vitesse. L’intérieur du tube est quasiment sous vide ; il n’y a pas de résistance à l’air ni de friction. Cela permet à l’Hyperloop d’atteindre des vitesses de l’ordre de 1 000 km/h. La vitesse cible est encore plus élevée :1 200 km/h.


Est-ce similaire au train Maglev ?
Non. L’Hyperloop fonctionne très différemment du Maglev qui opère au Japon par exempleLe tube contient une capsule (ou « pod ») suspendue à des aimants, ce qui la fait flotter. L’électronique régule le champ magnétique afin que la capsule puisse se déplacer dans le tube et varier sa vitesse.

 

Avantage
Voyager avec l’Hyperloop est économe en énergie, neutre en carbone et remarquablement durable. Fini les embouteillages. On estime que l’Hyperloop sera capable de transporter deux fois plus de personnes qu’un train à grande vitesse. Un autre aspect important est que nous serons en mesure de voyager dans toutes les conditions météorologiques, y compris pendant les tempêtes, par temps de neige ou de fortes pluies. Comme la capsule flotte, il n’y a pas d’usure des rails, et la maintenance est quasiment inexistante.


Vers quelles destinations l’Hyperloop pourra-t-il vous transporter ?
D’ici 2030, un réseau de tubes de 10 000 kilomètres, parallèlement aux autoroutes ou chemins de fer actuels, devrait relier les principales villes européennes. De la Suède à Istanbul et de Moscou à Malaga.

Qui est à l’origine de ce concept ?
Elon Musk, entrepreneur américain de Tesla, a conçu ce projet. En 2012, il a organisé un concours pour trouver le concept le plus réaliste. Les étudiants de l’université de technologie de Delft ont gagné ce concours, puis ils ont fondé la société Hardt. Ils sont rentrés en contact avec Goudsmit Magnetics pour les aimants. À titre d’information : Elon Musk lui-même travaille sur un Hyperloop, à l’instar de Richard Branson. Cette vidéo donne davantage de détails.

 

Comment agissent les aimants exactement ?
Les aimants assurent le flottement de la capsule à l’intérieur du tube ; la capsule est propulsée et stabilisée par le champ magnétique. Vous ne serez donc pas ballotté d’avant en arrière, même à des vitesses vertigineuses ou lors des changements de direction.

Les aimants doivent être extrêmement puissants, car les passagers et les bagages constituent un poids non négligeable. Les aimants facilitent également les changements de tubes, ainsi les changements de direction se font à pleine vitesse et sans aucun arrêt.

Hardt et Goudsmit ont développé ensemble cette technologie de commutation rapide. Ils sont en avance sur Tesla et Virgin ; ces derniers n’en sont pas encore à ce stade.

Quels sont les défis rencontrés par Hardt ?
Une immense infrastructure de tubes et de quais doit être réalisée en parallèle avec le réseau ferroviaire ou routier existant. C’est l’un des problèmes à résoudre. Pour mener à bien le projet, l’expropriation de terres et la mise en place des permis seront nécessaires.

Et, bien sûr, il y a le financement : Hardt a estimé avoir besoin de 25 millions d’euros pour la construction d’un parcours test à grande vitesse de 3 kilomètres à Groningen. Le nouveau centre européen Hyperloop sera construit ici. Les autres développeurs y seront également bienvenus. L’aspect sécurité tient le premier rang, c’est pourquoi des tests approfondis sont importants.

 

Et Goudsmit Magnetics ? 
Goudsmit doit être en mesure de fournir des aimants suffisamment performants à long terme. La base des aimants ultrapuissants est le néodyme, un métal du groupe des terres rares provenant de mines situées en Chine. Notre ingénieur Recherche et Développement a calculé que la construction de la ligne Hyperloop d’Amsterdam à Francfort nécessiterait plus de matériaux que ne peuvent en fournir les trois plus grandes mines chinoises. C’est trop peu, il nous faut donc rechercher d’autres sources.

C’est vraiment formidable que Goudsmit puisse contribuer à l’avènement d’un moyen de transport rapide, confortable et respectueux de l’environnement, pour relier les grandes villes entre elles.

Vous pouvez également lire cet article dans le Guardian.